On appelle développement le procédé qui consiste à rendre visible une image latente contenue dans une émulsion. Dans les émulsion n&b, l’image est constituée de grains d’argent métal noirs et dans l’émulsion couleur, l’argent révélé est remplacé par des colorants cyan, magenta et jaune.

On appelle développateurs les composés chimiques capables de réduire efficacement les halogénures d’argent exposés. Tout révélateur doit contenir une ou plusieurs de ces substances. Il existe divers développateurs qui se distinguent par la différence de leur action. A durée d’action et à température égales, un développateur actif réduira plus de cristaux d’halogènes qu’un autre moins actif ou encore, à température constante, le développateur le plus actif réduira une quantité égale d’halogénures d’argent en un temps plus court.

Ainsi par activité on entend, rapidité d’action. Cette rapidité peut être accélérée par une élévation de la température ou suivant les développateurs, par l’accroissement de l’alcalinité du bain. Les développateurs se différencient d’une part par la finesse du grain et le contraste qu’ils produisent et d’autre part, par la vitesse à laquelle ils travaillent.

La granulation est produite par des groupements statiques de grains d’argent au niveau de l’image. Celle-ci est essentiellement déterminée par les caractéristiques de l’émulsion du film.

L’Exposition

Les cristaux d’halogénures qui sont essentiellement du bromure d’argent sont uniformément répartis sur toute la surface de l’émulsion. Le nombre de cristaux affectés par l’exposition dépend de l’intensité de la lumière et la durée de l’exposition. Les cristaux sont de différentes tailles. La taille des plus gros cristaux peut être quinze fois plus environ que celle des cristaux les plus petits. Les plus gros étant plus sensible à la lumière. C’est cette disparité de dimension accompagnée de variations de sensibilité qui rend possible une obtention d’images en demi-tons.

Dans les cristaux excités par une exposition suffisante, certains ions d’argent sont libérés de leur liaison avec les ions brome. Ils sont ensuite capturés par les germes de sensibilité de sulfures d’argent présent à l’intérieur ou à la surface des cristaux, formant des zones de développement potentiel. Dans les zones fortement exposées, de nombreux cristaux sont affectés, dans les zones moins exposées, seuls quelques cristaux sont atteints. Les cristaux affectés constituent l’image latente qu’il sera nécessaire de renforcer par un procédé que l’on appelle le développement.

Le Développement

Qu’il s’agisse de films négatifs, de papiers en n&b ou couleurs, le procédé de développement d’une image à l’halogénure d’argent est le même. Lorsque que émulsion exposée est plongée dans un révélateur, le développateur attaque les cristaux à leur centre de développement. Le développateur réduit les cristaux exposés en métal argent noirs et en brome. Lorsque le développement est arrivé au stade désiré, il doit être interrompu. Si on se contente de retirer l’émulsion du révélateur, la solution absorbée par la gélatine va poursuivre son action, donnant des résultats inégalement répartis.

Pour cela, nous passons à la phase bain d’arrêt qui consiste à neutraliser le révélateur qui est une solution alcaline avec une solution acide. Une solution d’acide acétique dont la concentration est comprise entre 1% et 3% est le bain d’arrêt le plus couramment utilisé. Ce bain interrompt totalement l’action du révélateur en l’intervalle de dix à quinze secondes.

 Tous les halogénures d’argent non développés doivent être éliminés de l’émulsion sinon ils finiraient par être réduits sous les effets cumulés de la lumière ce qui obscurcirait l’image développée. Les halogénures sont insolubles dans l’eau. Une solution de fixage de thiosulfate de sodium ou d’ammonium transforme les halogènes en composés solubles qui seront éliminés au lavage final, c’est la phase fixatrice.

Que faut-il pour développer vos films ?

Le développement des négatifs n&b ne présente aucune difficulté. La seule condition de la réussite est de procéder avec méthode, rigueur et soin. Il faut être très rigoureux dans la température des bains et les temps. Pour exemple, je prends un film Ilford HP5 400 iso, révélateur Ilford LC29 et Fixateur Ilford Rapid Fixer.

Ilford HP5 Plus ==> est un film noir et blanc de sensibilité élevée, idéal pour la photographie d’action, les prises de vue en lumière ambiante et toutes les applications courantes.

Ilford LC 29 ==> Révélateur grain fin à dilution variable pour un traitement rapide (1+9, 1+19) ou économique (1+29).
Exploite normalement la sensibilité nominale du film et convient bien pour le traitement poussé des films rapides.

Fixateur Ilford Rapid Fixer ==> Fixateur liquide, rapide, non tannant, au thiosulfate d’ammonium. Convient pour le fixage rapide des films et des papiers. Liquide concentré à diluer 1+4 pour les films, 1+4 ou 1+9 pour les papiers.

Le temps de révélation est de 6 mn 30 secondes pour un bain à 20°. Je vous invite à consulter

la charte de développement noir et blanc sur http://www.bw-reeltime.com/

Le Matériel

– Une cuve de développement

– 3 éprouvettes 300 ml

– Un thermomètre

– Un décapsuleur pour les films 135

– Un chronomètre

– ciseau

– Révélateur

– Fixateur

– 1 bouteille vinaigre blanc à 8° (nous allons fabriquer notre bain d’arrêt)

– pince a linge

Préparation des chimies

Pour la préparation des chimies, nous parlons de dilution 1+4, 1+9, 1+19 ou 1+29. C’est quoi ça ?

C’est simple, une dilution 1+9 signifie qu’il faut 1 dose de révélateur + 9 doses d’eau.

– Pour une cuve de 300ml en dilution 1 + 9. 300ml/ 10 = 30ml.

Soit 30ml de révélateur + 270ml d’eau

– Pour une cuve de 300ml en dilution 1+19. 300ml/ 20 = 15ml.

Soit 15ml de révélateur + 285ml d’eau

– Pour une cuve de 300ml en dilution 1+29. 300ml/ 30 = 10ml.

Soit 10ml de révélateur + 290ml d’eau

– Le bain d’arrêt avec le vinaigre blanc

Dans une bouteille de 100 cl, vous mettez 75cl d’eau et 25cl de vinaigre blanc.

Nous commencerons par préparer nos chimies

– Éprouvette Révélateur en 1+19 ==> 285ml d’eau + 15ml de révélateur

– Éprouvette Bain d’arrêt ==> remplir a 300ml

– Éprouvette Fixateur en 1+4 ==> 240ml d’eau + 60ml de fixateur.

La Mise en spire de vos films.

Attention, cette partie, qui d’ailleurs heureusement pour nous, est la seule qui se fait dans noir total.

Alors préparez bien votre matériel afin qu’il soit a porté de main.

– Cuve ouverte avec son couvercle

– Le ciseau

– Le décapsuleur

– Les deux spires. En cas de blocage, vous êtes dans l’obligation d’ouvrir la spire en deux pour en extraire le film, alors autant avoir la deuxième a portée de main pour recommencer.

Éteindre la lumière, attendre quelques secondes et assurez vous que la lumière extérieur ne pénètre pas dans la pièce.

 

Ouvrir le chargeur avec le décapsuleur, en extraire le film.

Prenez le ciseau, couper l’amorce

et les angles en biseau pour en faciliter l’introduction dans les spires.

Ne touchez le film que par les tranches. Tenir le film de la main droite

et la spire de la main gauche en ayant tourné les deux demi flasques

pour que le début des spires soient en face l’un de l’autre.

Engagez le début du film dans la spire sur quelques centimètres

jusqu’aux petites billes métalliques.Ensuite en tenant une demi-spire

dans chaque main, donnez un mouvement de rotation alternatif.

Ce mouvement va faire avancer le film en totalité dans la spire

et donnez une ou deux rotations supplémentaires pour que le bout

du film ne dépasse pas de la spire.

Placez la spire sur le tube d’axe, et mettez la deuxième spire

qui est vide par-dessus afin de bloquer votre film en fond de cuve.

(Vous avez possibilité de développer deux films 135 en même temps mais n’oubliez pas de doubler le volume de vos chimies. Vous travaillerez sur 600ml et non plus sur 300ml). Placez le couvercle entonnoir et verrouillez le en tournant jusqu’au blocage, et ne rallumez la lumière qu’après avoir bien vérifié que la cuve est parfaitement fermée. Vous pouvez allumer.

Le Rinçage

Personnellement, j’effectue un premier rinçage suite à notre manipulation du film pour la mise en spire afin d’éliminer fil, poussière, ect …
Remplir la cuve d’eau à 20°.

Fermer avec le couvercle souple, faites 4 retournements.

L’agitation se fait en la retournant alternativement couvercle en bas/couvercle en haut.

laisser tremper une à deux minutes au moins, 4 retournements et vider la cuve.

Le Révélateur

Verser l’éprouvette contenant le révélateur dans la cuve, placer le couvercle, lancer le chrono et effectuer 4 retournements puis tapoter légèrement le fond de la cuve pour chasser les bulles d’air qui pourraient être coincées entre les spires.

Répéter la même opération toute les minutes.
A 6mn 30s, effectuer 4 retournements puis vider la cuve.
Attention, des bulles d’air coincées ont pour effet d’empêcher le révélateur de faire son travail dans ces zones.

Le Bain d’arrêt

Verser l’éprouvette contenant le bain d’arrêt dans la cuve, placer le couvercle, lancer le chrono et effectuer 4 retournements, tapoter légèrement le fond de la cuve pour chasser les bulles d’air qui pourraient être coincées entre les spires.

Au bout de 30 secondes, 4 retournements, puis vider la cuve.

Le Fixateur

Verser l’éprouvette contenant le fixateur dans la cuve, placer le couvercle, lancer le chrono et effectuer 4 retournements, puis tapoter légèrement le fond de la cuve pour chasser les bulles d’air qui pourraient être coincées entre les spires.

Répéter la même opération toute les minutes.

A 3mn, 4 retournements, puis vider la cuve.

Le Rinçage

300ml d’eau (toujours a 20°), 10 retournements et vider la cuve.

300ml d’eau, 20 retournements et vider la cuve.

300ml d’eau, 30 retournements et vider la cuve.

Dans une éprouvette, mettez deux gouttes de produit vaisselle avec 300ml d’eau, verser dans la cuve. Remuer la cuve avec des mouvements circulaires doucement afin d’éviter de provoquer de la mousse. Laissez tremper quelques minutes. Vider la cuve, l’ouvrir et en extraire le film. Étendre le film avec une pince à linge en bas du film pour le maintenir droit.

Attention :

L’écart de température entre les différents bains ne doit jamais dépasser ±3º centigrades. Sinon il risque de se produire une réticulation de la couche de gélatine du film, qui donne l’aspect d’un grain très grossier. Ce défaut est irréversible.

L’eau du robinet pour la préparation du révélateur peut modifié les caractéristiques et provoquer une augmentation du grain sur le négatif. Pour la préparation des révélateurs, préférer l’usage d’une eau distillée ou déminéralisée.